Département de la Drôme : Elle frôle la mort à cause de son chirurgien qui a commis une grave erreur

Nouvelles

October 5, 2018 17:10 By Fabiosa

Véronique, une habitante du département de la Drôme, a failli perdre la vie lors d’une hystéroscopie.

Ma vie est brisée.

En effet l'hystéroscopie consiste à explorer la cavité utérine à l’aide d’un instrument exploratoire appelé hystéroscope. L'hystéroscopie peut être diagnostique ou opératoire. Dans le cas de Véronique, elle était opératoire, ce qui consiste en une véritable intervention chirurgicale.

EstherQueen999 / Shutterstock.com

À LIRE AUSSI: France : Un rapport alarmant dénonce les violences obstétricales dans les services de gynécologie

Une opération qui lui avait été conseillée par son médecin après avoir découvert qu’elle avait un fibrome (petite tumeur non cancéreuse) au niveau de la paroi de l'utérus. Un diagnostic qui avait été établi après que la femme de 54 avait eu des saignements persistants au moment de ses règles. Au moment de l'opération chirurgicale qui consistait à retirer la tumeur, le gynécologue qui en était chargé a commis une erreur grave. En plus de lui avoir perforé l'utérus, il lui a sectionné l'artère fémorale. Il s’agit de l'artère qui passe au niveau de la jambe et qui est comme vous le savez une des plus importantes du corps humain. La patiente détaille :

Quand on a une artère perforée, on se vide de son sang et on meurt.

Et c’est ce qui était en train de lui arriver. Mais le gynécologue qui l'opérait ne se rendait toujours pas compte de sa gravissime erreur et a continué sa besogne, malgré les alertes de son aide opératoire. La situation dégénère alors et le pronostic vital de Véronique est engagé. Victime d’une hémorragie massive, elle est transportée d’urgence à l'hôpital Edouard Herriot de Lyon. La quinquagénaire est miraculeusement sauvée par les médecins sur place.

Le médecin “boucher”, comme l’a surnommé l'hôpital de Montélimar où a eu lieu cette fameuse opération qui a failli coûter la vie à Véronique, est un médecin allemand, un certain Martin F, chirurgien obstétricien. Il a également un cabinet à Strasbourg.

Zetar Infinity / Shutterstock.com

Depuis, Véronique et sa famille ont porté plainte. Leur avocate a déclaré :

C’est du jamais vu. En 30 ans de littérature médicale, on ne retrouve pas trace d’un tel accident.

Le médecin responsable de l'accident a reçu l’interdiction d'opérer pendant un an par le Conseil de l’ordre des médecins. La justice quant à elle poursuit ses enquêtes. Aujourd’hui, la Drômoise sait que le chemin pour son rétablissement sera long et pénible. Elle a maintenant du mal à se lever, à marcher, et a des reins qui fonctionnent mal. “Ma vie est brisée”, a-t-elle confié. Veronique, qui se dit “très en colère” contre ce médecin, souhaite dénoncer ce qui lui est arrivé, afin qu’aucune autre personne ne puisse subir cela. En outre, un récent rapport alarmant dénonce les violences obstétricales dans les services de gynécologie. Il existe des abus : des humiliations volontaires, avec une exigence aux femmes de se déshabiller même quand cela n’est pas nécessaire, des critiques sur leurs corps, etc. 

sirtravelalot / Shutterstock.com

Cette alerte alarmante a pour but de revoir les méthodes de formation des professionnels de l'obstétrique et de gynécologie, en se basant sur une meilleure compréhension des patientes et de leurs besoins. Aussi, des mesures sont prises pour rétablir l'ordre et instaurer un respect des droits des patientes au sein de ces services. En plus, les femmes seront mieux informées de leurs droits en tant que patientes dans les services de gynécologie et d'obstétrique, cela dès les cours d'éducation sexuelle pour les jeunes filles et lors des séances de préparation à l'accouchement pour les femmes enceintes

Désormais, le ministère de la Santé et l'Ordre de la déontologie ont décidé de ne plus fermer les yeux sur de tels actes répréhensibles afin de rassurer les femmes, et de leur permettre de dénoncer en cas d’abus.

Avez-vous déjà été victime ou témoin de tels abus ?

À LIRE AUSSI: "Je préfère une femme !" 5 raisons de craindre les gynécologues hommes et comment franchir ce cap