Mozah bint Nasser al Missned, la femme la plus influente et la plus controversée du monde arabe

Célébrités

February 14, 2018 17:49 By Fabiosa

La culture arabe est l'une des plus difficiles à comprendre pour quelqu'un issu de la société occidentale. Ses traditions et coutumes sont souvent critiquées et censurées par le reste du monde, en particulier lorsque l'on parle de la condition féminine. Le fait que la place de la femme dans le monde arabe soit très limitée ou que l'opposition aux normes établies soit passible de châtiments inquiétants n'est pas une nouveauté. Au Qatar cependant, quelqu'un a rompu avec ce genre de stigmates et s'est dressé avec fierté et élégance pour valoriser le rôle de la femme au sein de sa propre culture.

Embed from Getty Images

Il s'agit de Mozah bint Nasser al Missned, la deuxième des trois épouses de l'ancien émir du Qatar, le cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, qui, en plus d'avoir réussi à se dispenser de porter la burqa et le hidjab, s'est également taillée une place importante dans la vie politique et sociale de son pays.

Embed from Getty Images

Mozah bint Nasser al Missned a fait la connaissance du futur prince héritier lorsqu'elle avait 18 ans, mais au lieu de l'épouser immédiatement, elle a donné la priorité à son éducation et a choisi d'étudier la sociologie à l'Université du Qatar. Après avoir obtenu son diplôme, elle a continué sa formation professionnelle en faisant des stages dans diverses universités prestigieuses aux États-Unis. C'est à ce moment qu'elle a envisagé l'opportunité de se marier.

La cheikha est la mère de 7 enfants, deux filles et cinq garçons, et les premières années de son mariage ont été consacrées à les élever. Son rôle a cependant évolué quand, en 1995, son époux a pris le pouvoir lors d'un coup d'état, succédant ainsi à son propre père, l'émir Khalifa bin Hamad Al-Thani. Tous les regards se sont alors tournés vers le Qatar, et le monde entier a fait connaissance avec Mozah, l'épouse stylée et éduquée du cheikh.

Embed from Getty Images

Son style vestimentaire a été jugé légèrement provocant par certains et s'est attiré des critiques parmi les opinions les plus conservatrices du pays, critiques pourtant peu pertinentes si on les compare aux attaques des détracteurs du régime en désaccord avec son rôle dans la politique économique agressive du Qatar. Pour une partie de la population, Mozah est le visage souriant de l'une des familles les plus répressives du monde et, bien que son image cherche à le faire oublier, son pays applique encore des châtiments intolérables à l'encontre des immigrants et des femmes.

Dans tous les cas, en plus de porter d'élégantes tenues de célèbres maisons de couture qu'elle accompagne généralement de turbans traditionnels, Mozah s'est également investie dans la gestion de son pays par le biais de programmes humanitaires et caritatifs. Cet engagement lui a d'ailleurs permis d'accéder à de nombreuses positions honorifiques au niveau national et international, telles que, entre autres : présidente de la Fondation du Qatar pour l'Éducation, la Science et le Développement de la Communauté, présidente du Conseil Suprême pour les Affaires Familiales, vice-présidente du Conseil Suprême pour l'Éducation, envoyée spéciale de l'UNESCO, et Dame commandeur de l'excellentissime Ordre Britannique, ce qui a conforté son image avant-gardiste et engagée et, sans l'ombre d'un doute, d'admirable avocate de la condition de la femme.

Embed from Getty Images

Son règne de 18 ans a pris fin en 2013, lorsque son époux a décidé d'abdiquer en faveur de son fils, Tamim. Elle a cependant eu la satisfaction de faire son entrée dans la liste des 100 femmes les plus puissantes du monde selon le magazine Forbes, et peut se targuer d'être une grande connaisseuse du protocole et de la diplomatie internationale, ainsi que d'avoir été une pionnière dans l'essor de ce petit pays qu'est le Qatar.

Source : wikipedia, the Guardian