ART DE VIVRE ET COMMUNAUTÉ

La vaginose bactérienne : les idées reçues, les symptômes, et les meilleurs moyens de la soigner

June 12, 2018 14:48

Aussi bénin qu'il puisse paraître, n'importe quel problème de santé doit être diagnostiqué et traité à temps afin d'éviter d'éventuelles conséquences néfastes à long-terme. La vaginose bactérienne fait partie des maladies que de nombreuses femmes négligent, principalement parce que ses symptômes peuvent dans certains cas s'avérer très discrets. 

Toutefois, cette pathologie peut entraîner chez la femme des effets indésirables à long-terme, notamment lorsqu'elles essayent d'avoir un enfant. C'est pourquoi il est préférable d'en connaître les symptômes afin de pouvoir le cas échéant consulter un médecin et recevoir le traitement adapté. 

Qu'est-ce que la vaginose bactérienne ?

Kateryna Kon / Shutterstock.com

La vaginose bactérienne est considérée comme une des infections qui touchent les zones intimes de la femme. Cependant, il ne s'agit pas à proprement parler d'un processus infectieux, mais d'un déséquilibre entre les niveaux des bonnes et des mauvaises bactéries qui se trouvent dans nos attributs féminins. 

Les lactobacilles font partie des bonnes bactéries et sont responsables du maintien de l'acidité du pH de nos parties intimes, permettant ainsi d'éviter tout type d'infection. Lorsque leurs niveaux diminuent, d'autres bactéries prennent le contrôle, développant la vaginose bactérienne. Celle-ci ne doit donc pas être confondue avec une infection fongique.

Causes principales et facteurs de risque.

Comme nous l'avons mentionné plus haut, la vaginose bactérienne apparaît lorsqu'il se produit un déséquilibre entre les niveaux des bonnes bactéries et des mauvaises dans les parties intimes. Elle présente donc un risque pour toutes les femmes, et il existe une série de facteurs de risque qu'il est préférable d'éviter.

1. Les habitudes d'hygiène.

De nombreuses femmes pensent que leurs parties intimes doivent être absolument propres, mais une hygiène excessive peut parfois devenir notre pire ennemi. Il se trouve que les savons, gels de bain et déodorants intimes ont tendance à altérer notre pH, provocant un déséquilibre bactérien, c'est-à-dire une vaginose bactérienne.

Kzenon / Shutterstock.com

2. Les dispositifs intra-utérins (DIU).

Bien que les études sur le sujet soient insuffisamment probantes, on considère encore aujourd'hui que les dispositifs contraceptifs qui se placent dans l'utérus peuvent constituer un facteur de risque.

3. La promiscuité.

Avoir plusieurs partenaires est considéré comme un autre facteur de risque de la vaginose bactérienne. Cela n'a toutefois rien à voir avec la transmission, car il ne s'agit pas d'une maladie contagieuse, mais les changements de partenaires peuvent occasionner des déséquilibres liés à l'adaptation aux bactéries propres à un nouvel individu. 

4. L'utilisation d'antibiotiques.

Comme leur nom l'indique, les antibiotiques sont chargés de tuer les bactéries, bonnes comme mauvaises, qui se trouvent dans notre organisme. C'est pourquoi la prise de ce type de médicament peut provoquer des bouleversements dans les niveaux de lactobacilles et créer un risque de développer une vaginose bactérienne. 

Honeybee49 / Shutterstock.com

Quelques mythes sur les facteurs de risque.

Comme nous l'avons signalé, cette maladie n'est pas contagieuse en soi. C'est pourquoi certaines idées reçues comme les risques liés au fait de nager dans les piscines, les jacuzzis, utiliser les toilettes publiques ou toucher des objets contaminés, ne sont que pure fantaisie. 

Stockforlife / Shutterstock.com

Symptomatologie de la vaginose bactérienne.

Cette maladie existe sous forme asymptomatique chez environ la moitié des femmes qui en souffrent. Elle peut toutefois manifester certains effets qui nous permettent de l'identifier. 

1. Augmentation de l'écoulement de nos parties intimes.
2. Le flux peut être de couleur blanche, grisâtre ou verdâtre.
3. Elles peuvent dégager une odeur désagréable similaire à celle du poisson.

pathdoc / Shutterstock.com

Ces symptômes peuvent perdurer tout au long de la période menstruelle et à chacune de ses phases. Il est important que la femme connaisse exactement le comportement de son flux menstruel afin de pouvoir y détecter une anomalie quelconque.  

La vaginose bactérienne et la grossesse.

Certaines femmes découvrent qu'elles souffrent de la maladie au moment où elles essaient de tomber enceinte, car la vaginose peut compliquer la conception d'un enfant sans toutefois l'empêcher complètement. 

Il est très important de se faire soigner durant la période de grossesse, car il existe un lien entre cette maladie et une naissance prématurée ou un poids trop faible du bébé.

ESB Professional / Shuttertsock.com

Diagnostic médical.

Avant tout, il est important de consulter un spécialiste en gynécologie qui effectue notre suivi médical. Il sera à même de nous faire passer les examens pertinents afin de confirmer qu'il s'agit bien d'un déséquilibre de nos bactéries. Il est également important qu'il fasse des tests pour écarter d'autres types de pathologies comme les infections fongiques ou sexuellement transmissibles. 

Le test le plus répandu est l'analyse d'un échantillon de notre flux menstruel par un laboratoire. 

Traitement.

Une fois que la vaginose bactérienne est diagnostiquée chez la patiente, le médecin lui prescrira les antibiotiques adaptés, à prendre par voie orale ou en gel topique. 

Néanmoins, certaines statistiques de pays comme les États-Unis montrent qu'environ un tiers de la population affectée par ce problème se soigne sans traitement. 

Comme on peut le voir, mieux vaut prévenir que guérir ! Face à un changement quelconque dans nos régions intimes, il est toujours préférable de consulter un bon spécialiste pour établir un diagnostic et nous prescrire un traitement efficace. 

Source : webmd, medicinenet


Cet article n'est donné qu'à titre informatif. N'ayez pas recours à l'automédication et, quel que soit le cas, consultez un prestataire de santé certifié avant d'utiliser les informations présentées dans cet article. Le comité de rédaction ne garantit aucun résultat et ne se tient pas responsable des maux ou autres conséquences résultant de l'utilisation des informations fournies dans cet article.