INSPIRATION

Une fillette de 11 ans a suggéré à ses enseignants d'arrêter d'utiliser la punition collective étant donné qu'il s'agissait d'un crime de guerre

November 17, 2017 13:23

Lorsque les responsables scolaires ont demandé à leurs élèves un commentaire, ils ne s'attendaient guère à ce que l'un des enfants mentionne les Conventions de Genève de 1949 dans leur réponse. Cependant, c'est exactement ce qu'a fait Ava Morrison-Bell.

 

Réponse intelligente à une question simple

 

Cette fille de 11 ans du Royaume-Uni n'a pas utilisé de clichés standard lorsqu’elle a rempli son questionnaire. Au contraire, il semble qu'Ava ait mis quelques efforts dans chaque réponse qu'elle a donnée. En fait, l'une des suggestions d'Ava a laissé son père, Mason Cross, si perplexe qu'il a décidé de la partager sur sa page Twitter.

Comme vous pouvez le voir, Ava a donné une réponse très intéressante à la question sur les choses que ses professeurs pouvaient améliorer.

Au cas où il vous serait difficile de lire l'écriture de la fille, sa note dit :

    « N'utilisez pas la punition collective, car ce n'est pas juste pour les nombreuses personnes qui n'ont rien fait et, en vertu des Conventions de Genève de 1949, c'est un crime de guerre. »

Et la petit Ava avait raison. Selon la partie III, section I, article 33 des Conventions de Genève :

    « Aucune personne protégée ne peut être punie pour une infraction qu'elle n'a pas personnellement commise. »

La petite futée a trouvé un moyen de soutenir sa suggestion avec des preuves historiques sérieuses. Elle a également poussé son père à se demander ce qu’il  allait faire par la suite : soit la punir soit lui acheter de la crème glacée. Ne sachant pas quoi faire, Mason Cross a demandé conseil à la communauté Twitter.

 Que méritait-elle ?

La plupart des gens ont été profondément impressionnés par les commentaires astucieux de la petite Ava et ont insisté pour que son père la récompense en lui promettant un cadeau.

Certains utilisateurs de Twitter ont même écrit qu'ils étaient prêts à participer financièrement une année entière pour acheter de la crème glacée à cette fille intelligente.

Heureusement pour Ava, son père a écouté ce que la plupart des gens sur Twitter ont dit et a acheté à sa petite fille non pas un mais deux gros cônes de crème glacée. Plus tard ce jour-là, l'homme a posté une photo de sa fille souriante et tenant sa friandise bien méritée.

Pour ceux qui se demandent où la petite Ava a pu dénicher un cerveau aussi vif, il faut dire que son père, Mason Cross, est un écrivain professionnel et un auteur de romans policiers. On dirait bien que la fille a appris quelques trucs et connaissances de son père.

D'un autre côté, cette histoire est un autre exemple de la facilité avec laquelle nos enfants peuvent aborder des sujets difficiles lorsqu'ils s'y intéressent vraiment. Tout ce que nous avons à faire est de suivre le petit exemple d'Ava et d'essayer de trouver une solution inhabituelle à ce qui semble être un problème banal.