"C'est bien plus qu'un rêve devenu réalité" : la maman d'anciens jumeaux siamois partage une mise à jour optimiste

Inspiration

August 16, 2018 18:25 By Fabiosa

Nicole McDonald et son mari étaient fous de joie quand ils ont appris qu'elle était enceinte. Ils avaient déjà un fils de 2 ans, Aza, et ils avaient hâte d'accueillir un nouveau membre au sein de la famille.

Une échographie a révélé que Nicole était enceinte de jumeaux. Puis une autre échographie a affiché quelque chose de très rare et auquel le couple ne s'attendait vraiment pas : les jumeaux étaient siamois au niveau de la tête.

Le couple était tout d'abord effrayé. Ils se sont demandés : "Pourront-ils mener un jour une enfance normale ?" "Vont-ils survivre ?”

Le début de leur long voyage 

Une fois la panique passée, le couple a commencé à développer son plan. Nicole a appris qu'il y avait un chirurgien spécialisé dans la séparation de bébés siamois au niveau de la tête. La famille a décidé de se tourner vers ce spécialiste pour obtenir de l'aide.

Nicole a donné naissance aux jumeaux le 9 septembre 2015. Son mari et elle les ont prénommés Jadon et Anias.

L'USIN est devenue leur maison depuis leur naissance. Ils devaient être surveillés de près, et ils ont subi plus ou moins tous les tests possibles et imaginables.

Le 14 octobre 2016, alors que les jumeaux avaient à peine plus d'un an, il était enfin temps pour eux de subir l'intervention chirurgicale tant attendue. L'équipe de l'Hôpital pour Enfants de Montefiore, à New York, a opéré les garçons pendant 27 heures. L'opération s'est bien déroulée.

Les jumeaux ont enfin pu rentrer chez eux environ un an après la chirurgie de séparation pour vivre avec leurs parents et leur frère aîné. Jadon et Anias peuvent à présent profiter de leur vie comme tous les autres enfants.

Les progrès de Jadon auront été très rapides. Sa maman a déclaré à Today :

"C'est l'enfant le plus charismatique que je n'ai jamais vu. Il sourit tout le temps. Il court partout et joue dans sa chambre."

Les choses sont un peu plus compliquées pour le petit Anias. Il a des faiblesses et des mouvements limités sur le flanc droit de son corps, et il a du mal à maintenir la tête haute. Sa maman a aussi dit à Today :

"Anias est mon petit outsider. Il se bat sur beaucoup plus de fronts que Jadon, et il le fait toujours avec grâce."

Une mise à jour optimiste

Il y a peu, les McDonald ont décidé de retourner vivre dans l'Illinois. Nicole a partagé la nouvelle via une publication Facebook, dans laquelle elle a aussi donné d'importantes nouvelles à propos de la santé d'Anias et Jadon.

"C'est une journée monumentale. Vous voyez ces appareils terriblement merveilleux ? Ceux qui ont sauvé la vie d'Anias à de nombreuses reprises, mais à cause desquels nous étions prisonniers de notre maison. Tous ces objets seront récupérés par le fournisseur de matériel médical demain, pas uniquement parce que nous déménageons et qu'ils ne fournissent pas les habitants de l'Illinois, mais parce qu'Anias n'en a plus besoin ! Je n'arrive même pas à croire que j'écris ce message, c'est bien plus qu'un rêve devenu réalité. La réponse à une prière qui a vu le jour il y a près de trois ans, quand Anias a dû vivre grâce au cpap quelques semaines après sa naissance. Une prière exaucée que je me rappelle avoir prononcée tandis que je m'agenouillais sur le sol froid et dur des toilettes de l'hôpital, sanglotant tout en suppliant Dieu qu'il libère Anias de sa trachéo. Je vois le 'sac' que j'ai utilisé bien plus de fois que ce que j'aurais voulu, celui qui a redonné maintes et maintes fois le souffle à mon bébé bleu et affalé. Le concentrateur d'oxygène et les réservoirs. Le terrible bipap et le masque que je devais mettre dans l'obscurité après qu'il s'endort et qu'il commence à avoir besoin d'air. L'oxymètre de pouls qui m'alarmait en permanence, 'bip bip bip - pas assez d'oxygène ! Agissez tout de suite ! Dépêchez-vous car sinon il aura des lésions cérébrales, des dommages au cœur, etc' à n'importe quelle heure de la nuit. La machine à succion que j'utilisais lors des journées où il virait au bleu, afin de sortir les sécrétions de sa gorge. À tous ces objets, je dis 'Merci et bon débarras'. Anias et Jadon ont aujourd'hui tous les deux guéri de leurs procédures de tonsille pharyngienne et les résultats sont stupéfiants. Anias n'obstrue et ne maintient plus son oxygène à plus de 96%, même lors d'un sommeil profond. Leur chambre est étrangement calme la nuit - je ressens toujours le besoin d'y aller et de m'assurer qu'ils respirent, car je les jaugeais en fonction de leurs ronflements. Jadon commence à prendre du poids, il a travaillé tellement dur pour respirer lors de son sommeil, il était toujours trempé de sueur quand je le sortais de son berceau après une sieste matinale. Cela nous a tellement changé la vie. Nous avions des boîtes de Kleenex partout où nous allions. Les garçons étaient toujours malades, et quand je dis toujours, je veux dire qu'ils avaient tout le temps le nez congestionné ou qui coule pendant plus d'un an. Je n'ai pas essuyé leur nez depuis deux semaines. Dès que nous devions quitter la maison pendant plus de 12 heures, je devais charger toutes ces affaires, au cas où Anias s'endormait et virait au bleu dans la voiture. Nous étions littéralement confinés dans notre maison. Nous sommes allés au zoo il y a quelques semaines. Anias s'est endormi paisiblement dans mes bras et a dormi une heure de plus dans la poussette ; aucun problème pour respirer, un sommeil tout ce qu'il y a de plus paisible. Nous sommes enfin libres...

Accrochez-vous, les amis... Dieu travaille ici et j'ai hâte de voir ce qu'il nous réserve à l'avenir. Aujourd'hui, et pour la première fois, Anias a levé ses bras pour que je le porte. Ma maman l'avait sorti de sa chaise mais il voulait rester avec moi dans la cuisine. Il s'est mis à pleurer et a mis les deux bras en l'air - bien décidé à les garder en l'air jusqu'à ce que je vienne le consoler. J'aurais pu mourir à cet instant. Il fait des roulades en permanence et essaye de se nourrir. Il prend une petite quantité dans une cuillère et l'avale facilement. Tout cela s'est déroulé le moment où j'avais décidé de lâcher prise... et de laisser Dieu prendre le relais. Aller dans un endroit où nos docteurs ne seront pas là et où les services ne sont pas présents en abondance est un risque. Mais nous n'avons aucune crainte... car nous voyons déjà Sa main. Nous emménageons lundi... les rêves finissent vraiment par se réaliser !"

 

Nous sommes très heureux d'apprendre qu'Anias et son frère se portent bien mieux aujourd'hui. Que Dieu bénisse cette magnifique famille !