Une femme transgenre qui a eu 200 chirurgies plastiques dont la moitié illégalement les accuse de l'avoir rendue invalide et défigurée

Santé et bien-être

August 16, 2019 10:09 By Fabiosa

Bien que les chirurgies plastiques soient une pratique datant d'il y a 12 siècles, il n'en reste pas moins qu'elles ont récemment gagné en popularité.

Chirurgie plastique proche de l'hystérie

Privés de ce qu’ils considèrent comme étant les formes appropriées, des individus ont recours aux services de chirurgiens plasticiens pour modifier leur apparence. Les nouvelles normes de beauté définies et diffusées par les célébrités sur Instagram incitent les hommes et les femmes à apporter de légers changements à leur apparence, même s'ils présentent déjà bien et ne nécessitent en aucun cas une intervention chirurgicale.

George Rudy / Shutterstock.com

La chirurgie plastique a rapidement pris l'aspect d'une hystérie collective car même dans des sociétés aussi restrictives que le Moyen-Orient, sans parler du monde occidental égalitaire, la chirurgie plastique est de plus en plus utilisée.

Une autre indication que la chirurgie plastique est proche de l'hystérie de masse est le fait que de nombreuses personnes risquent aujourd'hui leur vie en utilisant les services de chirurgiens non certifiés dans des cliniques clandestines.

Cette femme a reçu 200 chirurgies plastiques

Monique Allen a subi environ 75 chirurgies plastiques au cours des dernières décennies. Par extension, elle a subi 125 chirurgies plastiques supplémentaires dans des cliniques certifiées.

Barcroft TV / YouTube

Bien que ces chirurgies aient pris un certain temps et que Monique ait eu amplement l'occasion de réfléchir à ses décisions, ce n'est que récemment qu'elle a commencé à regretter ses choix. Maintenant, en tout cas, elle a exprimé ses doutes au sujet de ses chirurgies plastiques.

Barcroft TV / YouTube

Malgré tout, alors qu'elle regrette toutes les interventions chirurgicales redondantes qu'elle a entreprises pour injecter du plastique liquide dans son corps, elle ne regrette pas d'être passée sous le bistouri et est même plutôt fière de son opération de conversion sexuelle débutée il y a quelque 30 ans.

Barcroft TV / YouTube

De plus, elle a dit qu’elle voulait encore subir une autre opération du nez. À la fin de la cinquantaine, Monique est infirme et défigurée par sa dépendance à la chirurgie plastique.

Aussi cynique que cela puisse paraître, cette femme est un avertissement vivant sur les dangers de la chirurgie plastique.

Barcroft TV / YouTube

En effet, l’utilisation illimitée et irréfléchie de la chirurgie plastique peut non seulement défigurer le visage et le corps des personnes mais également entraîner un nombre déconcertant de problèmes de santé.