Canada : un homme se sacrifie pour sauver ses enfants menacés par un ours polaire

Canada : un homme se sacrifie pour sauver ses enfants menacés par un ours polaire

Animaux

July 9, 2018 16:24 By Fabiosa

Il arrive souvent que la rencontre entre la nature et l’homme tourne à l’affrontement. Dans bien des cas, l’issue d’un tel face à face s’avère fatale pour l’homme. Dans le Grand Nord canadien, un homme en a fait la triste expérience. Au détriment de sa vie, il a bravé un ours blanc qui tentait de s’en prendre à ses enfants. Sans armes, il n’a pas fait le poids contre l’animal.

ylq / Shutterstock.com

Aaron Gibbons est un habitant du territoire canadien du Nunavutla. L’homme de 31 ans a été attaqué sur une île située à quelques kilomètres de la ville d’Arviat sur les rives de la baie de Hudson alors qu’il profitait de la journée en compagnie de ses filles. Interrogé par la CTV, Gordy Kidlapik, l’oncle du jeune homme a déclaré que son neveu a été “surpris par un ours qui chargeait l’un de ses enfants“. Le jeune homme aurait alors ordonné aux petits de retourner sur le bateau qu’il conduisait pendant qu'il s’interposait entre eux et l'ours pour leur donner le temps de se mettre à l’abri. 

NaturesMomentsuk / Shutterstock.com

Les petites filles, encore en primaire, ont réussi à se cacher sur le bateau. L’une d’elles a demandé de l’aide à son oncle par radio ; "Nous avons effectivement entendu l'appel à l'aide", a déclaré Kidlapik. "C'était terrible à écouter." Malheureusement, leur père était déjà décédé avant l'arrivée des secours.
 


Cette attaque mortelle est assez rare dans la région. Dan Pimentel, du ministère de l'Environnement du Nunavut a expliqué que la dernière attaque mortelle d'un ours polaire avait eu lieu en 2000 près de Rankin Inlet, à environ 200 kilomètres d'Arviat. Alors, pourquoi un tel événement s’est-il produit ? La santé de l'ours était-elle en cause ?

Le dérèglement climatique est une cause potentielle

Le représentant du ministère de l’Environnement du Nunavut a expliqué que des réponses aux questions restées en suspend à la suite du drame seront disponibles seulement lorsque l’ours aura été examiné. Cela étant, cet accident, aussi rare soit-il, dissimule de moins en moins une certaine réalité.

Edwin Butter / Shutterstock.com

Ainsi, le Conseil de la faune de Kivalliq a déclaré que les rencontres entre l'homme et l'ours se multiplient depuis quelques années. Même si le gouvernement du Nunavut et le World Wildlife Fund coopèrent pour réduire les risques, la fonte rapide des neiges n'améliore pas la situation. En effet, on estime que l'ouest de la baie d'Hudson perd jusqu'à cinq jours de couverture de glace de mer par décennie et les ours dépendent de cette glace comme plate-forme de chasse.

Jim David/ Shutterstock.com

Près des deux tiers des attaques ont été perpétrées par de jeunes ours adultes qui commençaient à mourir de faim. Près de neuf attaques sur dix ont eu lieu entre juillet et décembre, alors que la glace était à son niveau le plus bas. Si rien n’est fait au plan international, les efforts du gouvernement du Nunavut pour fournir des protections à sa population ne seront pas suffisants. Les hommes comme les ours en pâtiront. 

À LIRE AUSSI: Un photographe animalier interpelle les gens avec des photos puissantes d’espèces en voie d'extinction