Le proche de Renaud évoque sa crise de paranoïa “très forte” après un incident lors de son concert

NOUVELLES DES CÉLÉBRITÉS

Renaud au plus mal : son proche évoque sa crise de paranoïa “très forte” après un incident lors de son concert

Date November 29, 2019 17:35

Comme un phénix, Renaud renaît de ses cendres. Depuis plusieurs mois, le chanteur s’est libéré de son addiction à l'alcool. Il ne manque pas de le rappeler pendant ses interviews.

Celui qui a sorti son nouvel album dédié à l’enfance semble enfin être en forme. Cependant, avant que les choses reviennent à la normale, Renaud a fait une longue descente aux enfers…

Dans le documentaire Renaud, au nom du père, diffusé le 28 novembre sur C8, l’entourage du chanteur raconte sa vie pas du tout facile. Selon son proche, Renaud a été traumatisé par un événement survenu à Moscou au point d'être victime d’une crise de paranoïa.

Les faits datent de 1985, l'époque ou Renaud fait un concert à Moscou. Alors qu’il interprète le titre de Boris Vian, notamment lorsqu’il chante Quand les Russes, les Ricains, Feront péter la planète, Moi, j'aurais l'air malin, Avec ma bicyclette", 3 000 spectateurs quittent la salle. Un pproche continue :

Lui de la scène, il devait voir les gens partir et les caméras se tourner.

Cet incident organisé par les militants communistes contre le capitalisme incarné par le chanteur a marqué Renaud.

Le proche poursuit :

L'esprit de Renaud se fissure. Ses idéologies s'écroulent. (...) C'est comme si vous écrivez la plus belle chanson d'amour pour la femme ou l'homme que vous aimez et au moment où vous lui chantez, il se lève et se barre !

Après le concert, le chanteur pete un cable :

Tout était prévu, organisé, pensé. Ils sont forts, très forts. J'ai voulu sortir 10 fois de scène. (....) C'est pas souvent que j'ai la haine. Mais là ils m'ont bien eu.

Selon son proche, “à partir de là, vraie maladie, mauvais médicament : l'alcool”. La situation s’est empirée :

La maladie est arrivée, il est devenu parano. Je me souviens encore, on était dans le bus. Et au moment donné, je le vois qui se baisse. Je le regarde, il me tire vers le bas, il me fait : 'Il y a un half-track qui passe. Ils vont nous mitrailler. Baisse-toi, baisse-toi.' Je me lève et en effet, il y a un half-track qui passait. Mais il est passé... C'est la première fois que j'ai vu sa parano, en directe, très forte, arriver.

Heureusement, aujourd’hui ces souvenirs ne sont que du passé.