"Je prenais ça comme une prison": Mazarine Pingeot revient sur son enfance difficile passée à se cacher du public

NOUVELLES DES CÉLÉBRITÉS

"Je prenais ça comme une prison": Mazarine Pingeot revient sur son enfance difficile passée à se cacher du public

Date November 26, 2019 15:36

Mazarine Pingeot est une personnalité bien ancrée dans la mémoire des français.

La professeure de philosophie avait fait la une des journaux en 1994.

Une existence secrète

La controverse autour de la vie de Mazarine Pingeot remonte à plus de vingt ans en arrière, lorsque le président François Mitterrand est photographié à la sortie d'un restaurant avec une jeune fille. Celle-ci est en fait sa fille cachée, née d'une liaison extra-conjugale.

Née en 1947, Mazarine Pingeot avait été gardée secret défense et celle-ci a passé son enfance recluse de la vie publique.

Une enfance difficile

Invitée sur le plateau de l'émission De Quoi J'me Mêle, Mazarine Pingeot est revenue sur les premières années de sa vie. A commencer par ses déménagements afin de la garder cachée:

J’ai grandi d’abord chez ma mère, dans son petit appartement, et puis après, on a dû vivre dans un logement de fonction pour sécuriser. Vu que mon père rentrait tous les soirs à la maison, il fallait trouver un endroit pour la sécurité, qui soit, viable. Moi personnellement, je le prenais plus comme une prison que pour un château.

Cependant, le secret était lourd pour la jeune fille:

Le fait de ne pas pouvoir revendiquer son identité, de ne pas pouvoir dire d’où on vient, de ne pas pouvoir simplement accueillir des amis chez soi ou être dans cette fluidité des rapports avec les autres, de devoir cacher quelque chose, ce n’est pas simple.

Fort heureusement, après de violentes révélations, Mazarine Pingeot peut enfin vivre à sa guise et on est heureux pour elle!