Un homme né sans pénis pourra enfin faire l'amour pour la première fois grâce à un pénis bionique

L’opération d'implant de pénis pour Andrew Wardle, du Grand Manchester, a été finalisée à la fin du mois de juin dernier à l'hôpital universitaire de Londres. Pour tester son pénis bionique, il a été prévu qu'Andrew, 44 ans, ait une érection via une pompe pendant les 10 jours suivant l'opération, avant d'être dégonflé. Il devra alors attendre de nouveau six semaines avant d'avoir des relations sexuelles, ont déclaré les médecins.

Andrew Wardle / Facebook

Je suis très excité de pouvoir avancer maintenant” a déclaré Andrew après son opération. “J'ai passé 44 ans sans pénis. Ça me prendra un peu de temps pour me mettre au travail. Bien sûr, j'ai hâte d'y être. Mais pour moi, ce n'est pas le but ultime” a-t-il ajouté. Son pénis bionique a été conçu et créé par l'urologue David Ralph et ses collègues. 

Andrew Wardle / Facebook

Lorsqu'on a demandé à Andrew s'il voulait que le pénis soit équipé d'un ou de deux tubes, il a répondu en plaisantant: “Je ne suis pas une star de porno”. Andrew est né avec une exstrophie vésicale. Ce qui signifie qu'il n'avait pas de pénis, mais avait des testicules. Une anomalie dont la probabilité d'atteinte est de 1 sur 20 millions. Enfant, Andrew avait répété des chirurgies alors qu'il luttait contre des problèmes rénaux à la suite de cette maladie.

Andrew Wardle / Facebook

En 2012, le combat contre la maladie a poussé Andrew à une tentative de suicide. Cependant, il a ensuite été consulté par le docteur Dan Wood, un urologue consultant, qui a effectué une série de chirurgies qui ont permis à l’homme de 44 ans d’avoir aujourd’hui un pénis bionique pleinement fonctionnel. Parlant de sa lutte contre cette maladie, Andrew conclut : “Je suis contacté par des gens partout dans le monde qui ont des problèmes similaires.

Andrew Wardle / Facebook

Certains à caractères sexuels et d'autres sans pénis. J'essaie de parler à tous. Certains sont suicidaires. Rien que l'année dernière, cinq personnes sont entrées en contact avec moi et je les ai dissuadées de se suicider. Je veux maintenant travailler pour des organismes de bienfaisance qui aident à prévenir le suicide afin de pouvoir aider les autres”.

Source : thesun

À LIRE AUSSI: Lorsque les rapports intimes avec votre partenaire deviennent une torture, il est temps d'aller voir un médecin

Des trucs plus intéressants