Les conditions de travail infernales de La Poste fâchent les internautes

NOUVELLES

Décès d'un facteur de La Poste: les conditions de travail infernales font grincer les dents des internautes

Date December 25, 2019 17:37

En juillet 2016, la famille de Charles Griffond, facteur à La Poste, s’est retrouvée au cœur d’un drame. Ce père de deux enfants a mis fin à ses jours à l'âge de 53 ans. Silencieuse depuis cet horrible événement, sa famille a décidé de prendre la parole pour expliquer la cause de cette décision fatale.

Facteur à l’ancienne, Charles ne manquait pas de créativité en se déguisant en père Noël au bonheur des enfants du coin. Son père raconte :

Depuis son contrôle en 2014, ils lui ont dit : "Monsieur Griffond, vous avez mis trop de temps". Ça a commencé et puis après ils lui ont remis 250 boites en plus et il a pété les plombs.

Depuis le 17 juillet, Charles Griffond n’est plus. Mais avant sa disparition, le père de famille a laissé une lettre :

Il avait l'impression d’être une machine qui distribue le courrier sans aucun sentiment, sans rien du tout. La Poste, c'était vraiment devenu une machine de guerre.

En effet, avec l'arrivée d’internet, l’entreprise tâche d’augmenter la productivité de ses employés. Mais l’impact sur la vie de ces derniers est parfois très sérieux. Selon France Info, environ 50 salariés de la Poste “50 salariés de La Poste se seraient suicidés à cause de leurs conditions de travail”.

Après cette interview, plusieurs internautes ont exprimé leur mécontentement :

Depuis le début de cette affaire, de nombreux témoignages ont refait surface. Certains employés avaient participé à l'émission Envoyé Spécial en semptembre dernier, racontant qu'ils prenaient des médicaments pour booster leurs performances, suite à une pression trop élevée.

Ce n'est pas la première fois que le problème est soulevé: un cadre s'était déjà donné la mort en 2013. La Poste a été envoyée en justice, mais elle continue de faire des victimes en toute impunité. Alors, selon vous, faut-il blâmer l'entreprise ou le système?