Derrière un air hautain et méprisant, son riche employeur dissimulait un grand cœur généreux

Santé et bien-être

Voici une histoire surprenante à propos de jugements infondés et d'humanité qui vous fera voir le monde sous un autre angle !

Tous les jours, mon patron sortait de sa villa dans une voiture de luxe. Je devais lui ouvrir le portail et le saluer. Je travaillais en tant qu'agent de sécurité dans sa résidence. Cependant, il n'a jamais répondu à mes salutations. Pas un geste, pas un regard. Rien.

Un jour, il m'a aperçu en train de fouiller dans une poubelle car je cherchais des restes... Mais une fois de plus, il n'a pas réagi, car pour lui je n'existais pas.


Luca Santilli / Shutterstock.com

Le lendemain matin, j'ai trouvé un sac en papier au même endroit. Il était propre et il y avait à l'intérieur de la nourriture emballée soigneusement. Tous les produits étaient frais, comme s'ils venaient d'être achetés dans un supermarché. Bien sûr, j'ai pris le sac et j'étais ravi de récupérer tout ça.

Depuis cette date, je trouvais un nouveau sac avec des légumes frais et tout ce dont j'avais besoin chaque jour au même endroit. C'est devenu un rituel quotidien. Moi, ma femme et mes enfants mangions bien mieux qu'avant. Mais je me posais toujours cette question : qui laissait ce sac ? Qui était cette personne bienfaitrice ?


Gino Santa Maria / Shutterstock.com

Un jour, en arrivant au travail, j'ai découvert que mon patron était décédé. De nombreuses personnes sont venues à la résidence. C'était la première fois où je n'ai pas trouvé de sac à l'emplacement habituel. Je me suis dit qu'un des invités l'avait pris, mais le sac n'était toujours pas là les deuxième, troisième et quatrième jours après le décès.

Des semaines se sont écoulées, et je ne recevais plus de nourriture supplémentaire, il était donc difficile pour moi de nourrir ma famille. J'ai donc décidé d'aller voir la femme de mon ancien patron pour lui demander une augmentation. Je m'étais dit que je quitterais mon poste en cas de refus.

Elle m'a écouté et a pincé ses lèvres : "Pendant deux ans, ce salaire était suffisant pour toi, tu ne t'es jamais plaint. Pourquoi demander une augmentation aujourd'hui ?" J'ai essayé de trouver des explications rationnelles, mais j'ai rapidement compris que mes mots n'étaient pas persuasifs.

J'ai donc décidé de lui raconter toute l'histoire, du début à la fin : à propos du sac en plastique, de la nourriture et du fait que cela avait disparu du jour au lendemain. Elle m'a demandé : "Tu as dit que tu as cessé de recevoir les sacs de courses à partir de quelle date, déjà ?"


Look Studio / Shutterstock.com

"Le jour de la mort de votre mari", ai-je répondu, et ma propre réponse m'a effrayé. Tout devenait plus clair dans ma tête. C'était donc lui qui déposait tous ces sacs ! Cet homme qui semblait incapable de sourire à des personnes qui sont en dessous de lui sur l'échelle sociale.

Sa femme a fondu en larmes, et j'ai alors regretté d'avoir demandé une augmentation. Je lui ai demandé de se calmer et d'arrêter de pleurer, et j'ai dit que je ne savais pas que c'était lui qui m'aidait. Je lui ai dit que je garderai mon poste et que je continuerai à travailler sans aucune augmentation.


Wor Sang Jun / Shutterstock.com

Mais elle m'a interrompu :

"Ne vous inquiétez pas, je pleure parce que j'ai enfin trouvé la septième personne. Vous voyez, je savais que mon mari donnait en tout sept sacs de courses à sept personnes différentes. Je savais qui étaient les six premières et j'ai enfin découvert la septième."

Depuis ce jour, je reçois à nouveau un sac de courses chaque jour. Cependant je n'avais plus à le récupérer près de la poubelle. Le fils de mon patron venait me l'apporter chez moi en mains propres. J'avais beau le remercier à chaque fois, il ne répondait jamais, tout comme son père... Un jour, je n'ai pas pu m'en empêcher et j'ai crié "MERCI !" Il s'est retourné et m'a demandé de ne pas être offensé s'il ne répondait pas : lui et son père avaient des problèmes d'audition congénitaux.

Source : EliteReaders