Pathologie peu connue, la thyroïdite de Hashimoto représente un réel danger pour la glande thyroïde.

Astuces

La thyroïdite de Hashimoto (également connue sous le nom de thyroïdite lymphocytaire) est une pathologie auto-immune par laquelle votre système immunitaire attaque votre glande thyroïde. Avec le temps, Hashimoto entraîne la réduction de la production d'hormones thyroïdiennes - une maladie connue sous le nom d'hypothyroïdie. Apprenez-en davantage sur les origines et la progression des maladies auto-immunes dans cette vidéo.

Les médecins ne connaissent pas les causes exactes de la thyroïdite de Hashimoto. Certains pensent qu'elle est provoquée par un virus ou une bactérie, tandis que d'autres penchent pour l'intervention de facteurs génétiques.

 

 

Certains facteurs peuvent accroître le risque de développer la thyroïdite de Hashimoto. Ils incluent :

  • le genre : le risque pour les femmes est sept fois plus élevé que pour les hommes ;
  • l'âge : la maladie se développe généralement lorsque le patient est d'âge moyen, même si elle peut atteindre toutes les tranches d'âge ;
  • d'autres pathologies auto-immunes telles que le diabète de type 1, le lupus, et la polyarthrite rhumatoïde ;
  • exposition aux radiations.

Cela peut prendre des années pour que la maladie commence à manifester des symptômes. Un symptôme très courant qui peut apparaître tôt est le goitre - l'élargissement de la glande thyroïde. Si vous en avez un, vous pouvez remarquer un gonflement sur le devant de votre cou. Les goitres ne sont généralement pas douloureux, mais ils peuvent occasionner des problèmes de respiration et de déglutition.

D'autres symptômes sont équivalents à ceux de l'hypothyroïdie. Ils incluent :

  • constipation ;
  • peau sèche et pâle ;
  • voix enrouée ;
  • cholestérol élevé ;
  • dépression;
  • faiblesse des muscles inférieurs du corps ;
  • fatigue et atonie ;
  • intolérance au froid ;
  • perte des cheveux ;
  • règles irrégulières ou abondantes ;
  • difficultés à tomber enceinte.

 

Si vous présentez ces symptômes, votre médecin vous prescrira des examens afin de déterminer si vous souffrez de la thyroïdite de Hashimoto. Ils comprendront des tests d'hormone thyroïdienne et de l'hormone thyréotrope (THS).

Si votre thyroïde fonctionne normalement, il est probable que vous n'aurez pas besoin de traitement, mais vous devrez subir des tests sanguins réguliers pour vous assurer que vos taux hormonaux sont corrects.

Si une défaillance en hormone thyroïdienne est détectée, vous pourriez avoir besoin d'une hormonothérapie thyroïdienne substitutive (thyroxine). A cette fin, les médecins utilisent l'équivalent synthétique de la thyroxine appelé lévothyroxine. Vous passerez des tests de THS annuels (ou plus fréquents) pour être sûr que le dosage de lévothyroxine est bon. Avant de commencer un traitement, vous devez discuter avec votre médecin à propos des autres médicaments que vous prenez afin de garantir qu'ils n'interféreront pas avec l'hormonothérapie substitutive.

 

Si l'hypothyroïdie causée par la thyroïdite de Hashimoto n'est pas traitée, il peut se produire un certain nombre de complications. Elles incluent :

  • troubles cardiaques ;
  • niveaux accrus de mauvais cholestérol ;
  • problèmes de santé mentale tels que dépression, baisse de la libido, et performances cognitives diminuées ;
  • anémie (faible nombre de globules rouges).

Source : healthline


Cet article n'est donné qu'à titre informatif. N'ayez pas recours à l'automédication et, quel que soit le cas, consultez un prestataire de santé certifié avant d'utiliser les informations présentées dans cet article. Le comité de rédaction ne garantit aucun résultat et ne se tient pas responsable des maux ou autres conséquences résultant de l'utilisation des informations fournies dans cet article.

Des trucs plus intéressants