'Tout ce qu'il voulait c'était des crêpes' : un restaurant aurait discriminé son fils de 3 ans, né sans bras

Famille & Enfants

May 15, 2019 11:46 By Fabiosa

Un garçon de trois ans a apparemment été amené à prendre conscience de son handicap lorsqu'il a rejoint sa famille pour le petit-déjeuner à l'IHOP.

William est né sans bras, mais il a réussi à s'adapter à merveille, et il est même capable de manger tout seul. Alors qu'il était au restaurant, il s'est assis sur la table et a utilisé ses pieds pour se nourrir et porter les aliments à sa bouche.

Alexis Bancroft, la mère de William, a déclaré à KARK que manger et faire quelques autres activités de cette façon était la méthode qu'il avait apprise en thérapie. Alors, pendant qu'ils prenaient le petit-déjeuner à IHOP ce jour-là, la famille ne s'attendait pas à ce qu'il y ait un problème.

Tout ce qu'il voulait c'était des crêpes!

Mais William n'a jamais eu son petit-déjeuner. En attendant leur plats, la gérante du restaurant s'est avancée et leur a dit que le petit garçon n'était pas autorisé à s'assoire sur la table pour manger, ni à toucher le recipient de syrop avec ses pieds, car cela était contraire au code du ministère de la santé.

Bancroft a expliqué que, dès leur arrivée au restaurant, elle avait emmené William aux WC et lui avait lavé les pieds afin qu'il puisse les utiliser pour manger. Alors quand la gérante est arrivée, la mère en colère a répondu :

Est-ce que vous demandez à tous vos clients s'ils se sont lavés les mains avant de les toucher [les récipients à syrop] ? 

La gérante s'est ensuite excusée, mais Bancroft a estimé que le mal était déjà fait. La maman était contrariée que son fils soit discriminé en raison de sa différence physique. La famille s'est finalement levée et a quitté le restaurant en colère.

'Tout ce qu'il voulait c'était des crêpes' : un restaurant aurait discriminé son fils de 3 ans, né sans bras KARK 4 News / YouTube

Bancroft a raconté que la gérante lui a envoyé un message dans lequel elle insistait que ce n'était qu'un malentendu. Malheureusement cette expérience a affecté son fils, car selon Bancroft, le lendemain il était embarrassé de s'asseoir sur la table pour manger :

Il ne voulait pas s'asseoir sur la table pour manger. Il voulait s'asseoire sur une chaise, chose pratiquement impossible pour manger.

'Tout ce qu'il voulait c'était des crêpes' : un restaurant aurait discriminé son fils de 3 ans, né sans bras KARK 4 News / YouTube

Quelques jours plus tard, grâce aux encouragements que le garçon a reçus de la part de membres de sa communauté, il a pu se sentir à l'aise et s'asseoir à nouveau sur la table pour manger.

Il est assez triste que la famille, en particulier le petit garçon, se sente différent en raison de quelque chose qui ne dépend pas de sa volonté. Espérons que de telles histoires apprendront aux autres à être plus compréhensifs et plus délicats dans certaines situations.