Voici la triste histoire de Mary Ellen Wilson, c'est-à-dire du premier cas documenté de maltraitance d'enfant, qui a donné naissance au combat pour les droits des enfants

Famille & Enfants

August 7, 2018 10:46 By Fabiosa

Parmi les innombrables façons dont on peut violer les droits d'un être humain, la maltraitance des enfants est celle qui brise le plus le cœur. De nos jours, contre la cruauté infligée aux enfants, il existe des lois spécifiques grâce auxquelles on peut protéger leurs droits et leur fournir un refuge et des parents d'adoption attentionnés. Cependant, il n'en a pas toujours été ainsi. La New York Society for the Prevention of Cruelty to Children (la Société pour la Prévention des Cruautés Infligées aux Enfants) n'a été créée qu'en 1874, après le cas Mary Ellen Wilson qui, devenu notoire, a choqué l'Amérique. On pense que c'est la première organisation de protection des enfants qui ait jamais été créée dans le monde entier.

via Wikimedia Commons

L'histoire de la vie de Mary Ellen a été le premier cas documenté de maltraitance d'enfant aux États-Unis et il a déclenché des modifications importantes du système de droit du pays.

via Wikimedia Commons

Mary Ellen est née en 1864. Ses parents étaient Frances et Thomas Wilson de Hell’s Kitchen, à New York City. Thomas Wilson est mort pendant la Guerre de Sécession et Frances, qui a été obligée de se mettre à gagner sa vie, a pris la décision de confier sa fille au New York City Department of Charities (la Section Caritative de New York).

Kamira / Shutterstock.com

Cet établissement a trouvé des parents d'adoption, Mary McCormack et son nouveau mari Francis Connolly, qui, comme il s'est avéré par la suite, ont traité Mary Ellen avec une cruauté incroyable. Les voisins ont été les premiers à remarquer à quel point la fillette était maltraitée. Selon eux, Mary Ellen était soumise à des travaux forcés, était régulièrement battue, brûlée, blessée et enfermée à clé dans un placard des jours durant par ses parents d'adoption. La pauvre fille était très mal alimentée et gravement négligée. Elle n'avait pas de vêtements chauds pour la protéger contre le froid et elle n'avait le droit de sortir que la nuit et seulement si elle restait dans la cour arrière de la maison.

Larisa Lofitskaya / Shutterstock.com

Grâce à une voisine douée de compassion, qui avait soupçonné que Mary Ellen était soumise à des maltraitances graves, on a demandé à une missionnaire Méthodiste, Etta Angell Wheeler, d'aller voir comment se portait l'enfant. Par une ruse bien calculée, la voisine a incité Mme Conolly à quitter la maison pour que Mme Wheeler puisse constater dans quelles conditions de vie terrifiantes vivait Mary Ellen, qui avait alors dix ans. On était en décembre mais la fillette était pieds nus et elle avait de nombreuses coupures et brûlures partout sur le corps.

La situation a extrêmement choqué Mme Wheeler et elle a commencé à chercher des moyens légaux d'aider cette fillette, alors qu'il n'existait aucune loi officielle pour protéger cette enfant maltraitée. Avec l'aide d'un avocat de l'American Society for the Prevention of Cruelty to Animals (la Société Américaine pour la Prévention de la Cruauté envers les Animaux), Mary et Francis Connoly ont été poursuivis en justice. Quand Mary Ellen a témoigné à la barre, elle a révélé ce qui suit :

Je ne connais pas mon âge. Je ne me souviens pas ne pas avoir vécu avec les Connolly. Maman a l'habitude de me fouetter et de me battre presque tous les jours. Elle me fouettait avec un fouet tordu en cuir brut. Le fouet le laissait toujours une marque noire et bleue sur le corps. Maintenant, j'ai les marques noires et bleues que Maman m'a faites à la tête et aussi une coupure au côté gauche du front qui a été faite avec une paire de ciseaux. Elle m'a frappée et coupée avec les ciseaux. Je ne me souviens pas avoir jamais été embrassée par qui que ce soit, avoir jamais été embrassée par Maman. Jamais Maman ne m'a prise sur ses genoux et caressée ou chouchoutée. Je n'osais jamais parler à personne parce que, si je le faisais, je recevais des coups de fouet. Je ne sais pas pour quelles raisons on me fouettait. Quand elle me fouettait, Maman ne me disait jamais rien. Je ne veux pas repartir habiter avec Maman parce qu'elle me bat beaucoup. Je ne me souviens pas avoir été dans la rue de toute ma vie.

271 EAK MOTO / Shutterstock.com

Heureusement, plus tard, la fillette a été placée dans une maison pour enfants sécurisée sous la protection d'Etta Wheeler. A l'âge de vingt-quatre ans, elle a épousé Lewis Schutt et ils ont eu deux enfants. Elle a aussi adopté les trois enfants qu'il avait de son mariage précédent. Plus tard, le couple a adopté une jeune orpheline. Mary Ellen est morte à quatre-vingt-douze ans.

 

A post shared by Mowgouaille Clabaut (@eloisebenemg) on

Sa triste histoire a révolutionné le système de droit américain et a sensibilisé les gens à la maltraitance des enfants.

Photographee.eu / Shutterstock.com

De nos jours, certaines études révèlent un fait choquant : aux États-Unis, tous les ans, environ cinq millions d'enfants souffrent de violences familiales. Il est important de savoir reconnaître les signes de la maltraitance et de les signaler aux autorités locales.

NinaMalyna / Shutterstock.com

Mis à part les preuves de maltraitance physique telles que les ecchymoses, les coupures, les brûlures, les vêtements déchirés, les parties du corps souvent cassées sans explication plausible et le non-traitement des problèmes médicaux et dentaires, il existe des signaux comportementaux qui sont plus difficiles à repérer. Les voici :

  • l'enfant évite tout contact physique;
  • il a peur de regarder quelqu'un d'autre dans les yeux;
  • il reste distant de tout le monde;
  • il est constamment en alerte;
  • il montre des signes d'anxiété;
  • il porte des vêtements qui ne vont pas avec le temps qu'il fait;
  • il souffre de dépression;
  • il a des problèmes gastriques.

Ilya Andriyanov / Shutterstock.com

La plupart du temps, les agresseurs sont des membres de la famille proche, ce qui fait que les enfants peuvent rarement avouer ce qu'ils leur font. C'est pourquoi il faut absolument faire intrusion et essayer d'aider l'enfant en alertant des organisations spécifiques spécialistes en aide et en protection des enfants. Si un enfant est en danger, chaque minute compte.

Source : NewYorkTimes

À LIRE AUSSI: Un psychologue pour enfants précise à quel âge un enfant souffrira le plus du divorce de ses parents