Une maman en colère lance une véritable guerre juridique contre les enseignants qui ont violenté sa fille autiste

February 7, 2019 16:50 By Fabiosa

Après avoir appris que les enseignants qui avaient blessé sa fille, atteinte d'autisme, pouvaient rester impunis, une mère a décidé de faire en sorte que justice soit faite.

Une maman en colère lance une véritable guerre juridique contre les enseignants qui ont violenté sa fille autisteTatyana Dzemileva / Shutterstock.com

Qu'est-ce que l'autisme ?

L'autisme concerne un large éventail de troubles graves du développement qui nuisent à la capacité de communiquer et d'interagir. Il se caractérise souvent par des problèmes d'aptitudes sociales, des comportements répétitifs, des problèmes d’élocution et par une communication non verbale.

À LIRE AUSSI: Fermer les yeux sur le problème est coupable. Apprenez les moyens simples pour signaler un abus sur enfant

Parce qu’ils souffrent de cette maladie, certains enfants sont victimes d'abus et d'intimidation, à la fois physiquement et émotionnellement.

Une maman en colère lance une véritable guerre juridique contre les enseignants qui ont violenté sa fille autistePhotographee.eu / Shutterstock.com

Les signes les plus apparents d’abus sont des ecchymoses inexpliquées, une perte de poids, des changements dans le comportement et l’évitement de certaines personnes ou de certains lieux.

C'est le cas d'une lycéenne de 16 ans qui est rentrée chez elle avec de grosses ecchymoses. Elle avait été maltraitée tout simplement parce qu’elle était autiste.

La rage de Claire

Claire Nossiter, mère célibataire, a été choquée quand elle a vu sa fille de 16 rentrer à la maison après la sortie de l'école avec de vilains bleus sur le visage et sur le corps.

L'école en question est celle de Bothwellpark High dans le North Lanarkshire.

Un jour, Lindsay est rentrée chez elle avec des ecchymoses sur la joue. Le médecin a même craint que la fillette ait la mâchoire cassée.

À LIRE AUSSI: Les hommes renversent la tendance sur Twitter en racontant les abus qu'ils subissent de la part des femmes

Sa mère, Claire, a déclaré qu'elle avait reçu un appel de l'école disant que sa fille avait donné des coups de pieds et qu’elle avait dû être retenue, ce qui lui a valu une petite contusion sur la joue.

Voici ce que Claire a dit au Daily Record :

Je n’arrivais pas à croire l’état dans lequel elle était. Elle avait des ecchymoses sur tout le corps. On aurait dit qu’elle avait eu un accident de voiture, pas qu’elle avait été à l'école.

Le Conseil du North Lanarkshire a mené une enquête qui a révélé que les deux enseignants qui avaient retenu Lyndsay avaient « agi de manière appropriée », mais la plainte déposée par Claire Nossiter a conduit à une deuxième enquête.

Cette fois-ci, bien qu'ils aient été par la suite relâchés pour manque de preuves recevables, les enseignants ont été accusés de « conduite coupable et imprudente ».

Mais comme elle est déterminée à faire en sorte que justice soit rendue à sa fille, Claire Nossiter n'est pas prête à jeter l'éponge. Elle envisage aujourd’hui d’intenter des poursuites et de porter l'affaire devant un tribunal civil.

Comment repérer des abus

Pour assurer la sécurité des personnes autistes, nous devons d’abord reconnaître les signes de maltraitance dont elles sont victimes.

1. Une violence physique, qui inclut les coups de pied et toutes autres formes de châtiment corporel excessif, et qui laisse souvent des traces.

2. Le manquement de choses essentielles comme de nourriture, d’abri, de vêtements et le défaut de surveillance est également une forme de maltraitance.

Une maman en colère lance une véritable guerre juridique contre les enseignants qui ont violenté sa fille autisteAfrica Studio / Shutterstock.com

Il est regrettable que Lindsay ait vécu un tel traumatisme de la part de ses enseignants, qui sont supposés être des personnes de confiance.

C’est pourquoi les parents doivent être prudents quand ils vont chercher leurs enfants à l’école et qu’ils doivent faire tout ce qu’il faut pour leur sécurité et leur bien-être.

À LIRE AUSSI: Pour protéger nos seniors, nous devons connaître les types de violence dont ils sont victimes