Sommes-nous accros à la malbouffe ? Un journaliste révèle la vérité sur l’industrie agro-alimentaire

Santé et bien-être

February 13, 2018 14:05 By Fabiosa

Nous savons très bien qu’une alimentation et un mode de vie sains sont indispensables si nous voulons vivre le plus longtemps possible, mais appliquons-nous ce principe à la lettre ? Le marché propose aujourd’hui de nombreuses alternatives fraîches et saines qui peuvent nous permettre de garder la ligne de manière naturelle. Toutefois, il nous est difficile de résister à une petite douceur, à un soda, à une pizza ou à une bonne friture bien que l’obésité nous attende au tournant.

Suchalinee / Shutterstock.com

Il est difficile de le nier, et un journaliste lauréat du Prix Pulitzer (qui récompense les auteurs d’articles journalistiques et de littérature, ainsi que les compositeurs de musique aux États-Unis) du nom de Michael Moss y a consacré un livre intitulé « Sucre, sel et matières grasses, comment les industriels nous rendent accros », dans lequel il dévoile les stratégies des grandes multinationales agro-alimentaires pour nous maintenir sous influence.

Dans une interview qu’il a accordée au sujet de son enquête, Moss souligne :
 

C’est une industrie qui s’efforce de faire en sorte que leurs produits nous plaisent, mais surtout que nous en voulions de plus en plus.

 

Tout est affaire de business

Selon le journaliste, il s’agit d’une industrie qui, comme n’importe quelle autre activité, cherche à faire le maximum de profit en vendant la plus grande quantité possible de produits. Seulement, le problème ne se situe pas au niveau de la marge que les industriels veulent atteindre, mais au niveau de la méthode utilisée à cette fin.

On ne peut cacher que ces entreprises utilisent en quantité excessive des produits comme le sucre, les graisses et le sel afin de rendre leurs denrées plus savoureuses, plus accessibles et plus pratiques. Toutefois, la conséquence à moyen et long terme se trouve être la pandémie d’obésité qui, rien qu’aux États-Unis, génère une perte annuelle de 300 milliards de dollars en soins de santé.

FabrikaSimf / Shutterstock.com

 

Des ingrédients "pas si secrets"

Le journaliste fait remarquer que nous disposons de toutes les enquêtes et preuves scientifiques nécessaires pour appuyer l’hypothèse que la majorité de la "junk food" exposée dans les rayons de nos supermarchés pousse les gens à vouloir en consommer de plus en plus et leur fait perdre toute volonté au moment de remplir leur caddie.

En plus de révéler comment ces trois ingrédients principaux (sel, graisse et sucre) forment la pyramide de l’addiction à la nourriture malsaine, le lauréat du Prix Pulitzer pense qu’une solution pourrait consister à imposer fiscalement les boissons sucrées et à utiliser cet argent pour financer des programmes de santé publique.

Dmitry Chumichev / Shutterstock.com

On ne peut nier qu’il existe aujourd’hui de nombreux produits pauvres en calories et sains, mais comme l’explique Moss, il ne s’agit pas d’aliments sains à 100 %, mais plutôt de moindres maux composés d’ingrédients moins néfastes.

La clé pour mener une vie aussi affranchie que possible de la malbouffe est de consommer des aliments organiques, d’éviter les nourritures transformées, d’examiner l’apport en sucre des produits achetés au supermarché, et de s’efforcer de faire de « vrais » repas au lieu de recourir aux solutions magiques réchauffées aux micro-ondes que propose la grande distribution.

Anna Subbotina / Shutterstock.com

Le dicton selon lequel « vous êtes ce que vous mangez » a bien raison, et tout ce que nous mettons dans notre bouche se répercute sur notre corps, notre santé, et même notre esprit.

Source : El Confidencial


Cet article est proposé uniquement à titre informatif. Consultez un spécialiste certifié avant d’utiliser toute information fournie plus haut. L’utilisation des informations mentionnées ci-dessus peut nuire à votre santé. Le comité de rédaction ne garantit aucun résultat et ne se tient aucunement responsable des préjudices ou autres conséquences résultant de l'utilisation des informations fournies dans cet article.