Connaissez-vous le prolapsus utérin ? Voici ses causes, ses symptômes, ses traitements et ses complications éventuelles

Santé et bien-être

May 25, 2018 08:56 By Fabiosa

Le prolapsus utérin peut se produire chez les femmes de tous âges. Il affecte toutefois plus souvent les femmes en post-ménopause qui ont déjà subi au moins un accouchement par voie vaginale. 

Voyagerix / Shutterstock.com

 

Le prolapsus utérin a lieu lorsque les muscles et les ligaments du plancher pelvien s'étirent, s'affaiblissent, et cessent en conséquence de fournir un support suffisant pour l'utérus. Il en résulte que l'utérus glisse et sort du vagin. 

Lorsque le prolapsus est léger, il ne demande généralement pas de traitement, mais si une gêne se fait sentir et perturbe le cours normal de la vie, il est nécessaire de recourir à une alternative médicale. 

Symptômes.

Emily frost / Shutterstock.com

Le prolapsus utérin léger ne manifeste généralement aucun signe ou symptôme. Toutefois, un prolapsus modéré ou grave peut en présenter certains, parmi lesquels on peut citer : 

  1. sensation de lourdeur dans le bassin ;
  2. tissu qui dépasse du vagin ;
  3. problèmes urinaires comme une perte urinaire (incontinence) ou une rétention d'urine ;
  4. problèmes pour déféquer ;
  5. sensation que quelque chose tombe du vagin ;
  6. troubles sexuels, notamment irrégularité du tonus du tissu vaginal.

Très souvent, les symptômes sont moins gênants le matin et empirent à mesure que la journée avance.

Quand aller voir un médecin ?

RossHelen / Shutterstock.com

Lorsque les signes et symptômes du prolapsus utérin deviennent trop gênants et obligent à interrompre le cours normal de ses activités. De plus, les sensations étranges que vous ressentirez vous feront vite comprendre dans quelle mesure votre vie en sera perturbée.

Quelles sont les causes du prolapsus utérin ?

Andrey_Popov / Shutterstock.com

Le prolapsus utérin est le résultat de l'affaiblissement des muscles pelviens et des tissus de soutien. Parmi les causes de cet étirement irréversible de ces muscles et tissus affaiblis, on peut citer : 

  1. accouchements forcés ou traumatisme durant l'accouchement ;
  2. accouchement d'un bébé de grande taille ;
  3. surpoids ou obésité ;
  4. bas niveau d'oestrogène après la ménopause ;
  5. constipation chronique ou effort pendant la défécation ;
  6. toux ou bronchite chroniques ;
  7. répétition de travaux pénibles.

Comment est diagnostiqué le prolapsus utérin ?

Le médecin devra évaluer tous les symptômes, et un examen pelvien lui permettra de déterminer si la patiente présente effectivement un prolapsus. Durant cet examen, on insère un appareil appelé speculum qui permet au spécialiste de voir à l'intérieur du vagin et d'examiner le canal vaginal et l'utérus. 

Quel est le traitement ?

Aleksandr Lupin / Shutterstock.com

Ce problème ne nécessite un traitement que dans les cas modérés ou graves. Parmi les traitements non-chirurgicaux, on peut citer le fait de perdre du poids afin d'alléger la pression exercée sur les structures pelviennes, éviter de soulever des objets lourds, ou encore la pratique des exercices de Kegel. 

Les traitements chirurgicaux incluent la suspension utérine, au cours de laquelle le médecin replace l'utérus dans sa position d'origine en joignant à nouveau les ligaments pelviens ou en pratiquant une hystérectomie.  

Le prolapsus utérin peut déplacer une partie de la paroi vaginale en l'expulsant du corps. Lorsque cela se produit, le tissu vaginal reste en contact avec le sous-vêtement, ce qui peut entraîner des ulcères vaginaux. En de rares occasions, ces plaies peuvent s'infecter. 

Prévention.

Bien que tout dépende de chaque cas de femme et de l'avancement de sa pathologie, certaines mesures peuvent être prises pour prévenir le prolapsus utérin, notamment :

  1. effectuer régulièrement les exercices de Kegel. Il s'agit de quelques exercices qui aident à fortifier les muscles du plancher pelvien, en particulier après avoir eu un bébé. En outre, ces exercices soignent et aident à prévenir la constipation ;
  2. boire beaucoup de liquide et consommer des aliments riches en fibres commes des fruits, des légumes verts, des fèves et des céréales entières ; 
  3. éviter de soulever des objets lourds et le cas échéant, adopter une bonne posture pour le faire. Quand vous vous relevez, utilisez les jambes plutôt que le bassin ou le dos ; 
  4. éviter de prendre trop de poids. Il est important de déterminer votre poids idéal en accord avec votre médecin ou votre nutritionniste. 

Le prolapsus utérin est une maladie qui, bien que peu connue, compte beaucoup de cas signalés. Il est fondamental que vous gardiez à l'esprit les moyens de le prévenir et, si vous en êtes atteinte, ne vous inquiétez pas ! Les progrès de la gynécologie et de l'obstétrique peuvent vous permettre de maintenir une bonne qualité de vie. N'oubliez pas de consulter un gynécologue de confiance pour définir ensemble le traitement idéal. 


Cet article n'est donné qu'à titre informatif. N'ayez pas recours à l'automédication et, quel que soit le cas, consultez un prestataire de santé certifié avant d'utiliser les informations présentées dans cet article. Le comité de rédaction ne garantit aucun résultat et ne se tient pas responsable des maux ou autres conséquences résultant de l'utilisation des informations fournies dans cet article.