Afin d'éviter qu'elle ait un petit ami, son père et son frère l'ont séquestrée dans une chambre pendant 20 ans !

Nouvelles

July 4, 2018 17:35 By Fabiosa

La police de Venado Tuerto, en Argentine, a sauvé une femme séquestrée depuis 20 ans par son père et son frère. Celle-ci a été retrouvée grâce à la dénonciation d'une voisine qui s'est rendue au commissariat du village pour signaler des choses anormales qui se passaient dans cette maison. 

 

D'après des sources officielles, Marisa Almirón, 42 ans, a été retrouvée dans un état avancé de malnutrition, attachée à un lit et sans vêtements, au cours d'une perquisition de la police dans la maison de sa famille. Cette femme a d'abord été retenue prisonnière par son père, puis la responsabilité de la maintenir en captivité est revenue avec le temps à son frère aîné. 

Marisa a immédiatement été emmenée par les autorités à l'hôpital Gutierrez pour y recevoir au plus vite une assistance médicale et psychologique. La conseillère municipale Liliana Rostón avait reçu des plaintes de la part d'une voisine de la famille, affirmant qu'elle entendait régulièrement des cris et des bruits de coups provenant de la maison.

 

La cause de cet acte affreux est la colère absurde qui a poussé son père à isoler la jeune Marisa du monde, après l'avoir entendue annoncer publiquement qu'elle avait un petit ami. Après le décès de son père, son frère aîné, Mario Almirón, s'est révélé encore plus cruel et s'est livré à des tortures physiques sur sa sœur.

Selon madame Mirtha Gonzalez, la voisine qui a été voir la police, toute la famille était consciente de la situation, mais dans l'incapacité d'aider Marisa. Durant toutes ces années, tout le monde a donc fermé les yeux sur les horribles supplices dont la pauvre femme était victime. 

Toutefois, Mirtha avait déjà signalé ce crime de longues années auparavant, mais faute de pouvoir entendre les cris venant de l'intérieur, la police ne pouvait pénétrer dans la propriété sans un mandat de perquisition délivré par un juge.

 

 

Au bout de quelques années, Mirtha est allée directement parler avec la conseillère municipale et celle-ci a réussi à obtenir les documents permettant de perquisitionner la résidence. Aujourd'hui, la famille se défend en arguant que Marisa souffrait de graves troubles psychiatriques. Elle ne dispose cependant d'aucun certificat médical pour le prouver. 

 

 

En fin de compte, le cas de Marisa Almirón n'est rien d'autre qu'une preuve infaillible de la méchanceté qui peut habiter certains êtres humains. 

Source : InfoBae