Scandale : la congrégation fondée par mère Teresa se retrouve au cœur d'un trafic illégal d'enfants

Une consternante nouvelle a récemment éclaté au grand jour. La congrégation religieuse des "Missionnaires de la Charité", fondée par mère Teresa de Calcutta en 1950 pour aider les réfugiés, les malades, les femmes enceintes et les enfants abandonnés, a été mise en cause dans un scandale de trafic de bébés.

gettyimages

Les Missionnaires de la Charité et la vente de bébés.

Le 5 juillet dernier, deux sœurs employées dans l'un des centres des Missionnaires de la Charité consacré aux soins et au soutien des femmes enceintes ont été arrêtées et incarcérées après avoir été mises en cause dans une affaire de vente illégale de bébés. Le scandale a éclaté dans l'état du Jharkhand, en Inde. 

Selon les déclarations des représentants de la police, ces crimes auraient été découverts grâce à un couple qui s'est adressé aux autorités après avoir acheté un bébé. Les foyers d'accueil ont été mis sur écoute et la police soupçonne qu'au moins 8 enfants ont été ainsi vendus. Les investigations se poursuivent néanmoins afin de savoir si ce type de transaction a également eu lieu en d'autres occasions par le passé. 

Le Comité de Protection de l'enfance mène aussi son enquête.

Le Comité de Protection de l'enfance, l'institution indienne dont le rôle est de veiller à ce que les enfants reçoivent des soins adaptés, a déclaré qu'il surveillait depuis plusieurs mois les foyers de la congrégation des Missionnaires de la Charité. Selon les dires du Comité, on aurait signalé à celui-ci plusieurs cas de vente d'enfants contre des sommes comprises entre 580 et 1500 dollars.
 

Nous avons reçu plusieurs plaintes au sujet du fonctionnement de ce foyer et nous effectuons un contrôle de suivi depuis près de six mois. 


Les Missionnaires de la Charité nient en bloc.

D'après Chandra Argawal, l'une des principales porte-parole des Missionnaires de la Charité, il est impossible que ces faits se soient produits car, depuis 2015, les centres ont cessé de servir de relais dans l'adoption des enfants. En effet, ce système d'adoption se trouvait en contradiction avec certaines politiques gouvernementales. 

D'autre part, une militante pour les droits de l'enfance, Baidnath Kumar, a déclaré qu'elle avait trouvé en plusieurs occasions des preuves de ces malversations. Dans certaines institutions qu'elle avait elle-même visitées, les femmes qui demandaient de l'aide durant leur grossesse se retrouvaient ensuite privées de leurs droits sur leurs propres enfants.
 

J'ai visité le centre et toutes les naissances ne sont pas enregistrées auprès des autorités publiques. 

 

Pour le moment, le gouvernement a ordonné la mise sous contrôle de tous les foyers de la congrégation des Missionnaires de la Charité dans lesquels sont accueillis des bébés ou des femmes enceintes. Le trafic illégal d'enfants en Inde se développe d'année en année, et il est très possible que des personnes peu scrupuleuses en relation avec la congrégation aient gagné de l'argent en vendant des bébés. Espérons que les autorités parviendront à mettre un terme à leurs activités. 

Source : La Nación

À LIRE AUSSI: Que savons-nous à propos de mère Térésa ? Était-elle autant une sainte qu'on peut le penser ?

Des trucs plus intéressants