Exclusion sociale : Une fille de 4 ans doit se lisser les cheveux pour être acceptée par

Exclusion sociale : Une fille de 4 ans doit se lisser les cheveux pour être acceptée par ses camarades

Famille & Enfants

September 17, 2018 17:42 By Fabiosa

Certaines situations nous poussent à nous demander si notre société va dans la bonne direction.

L'histoire suivante parle du monde dans lequel nous vivons, et de la façon dont nous pouvons le changer tant qu'il est encore temps.

gettyimages

Gabriela, 4 ans, est une fillette inscrite dans une école de São Paulo, et malgré son jeune âge, elle est déjà la victime de préjudices sociaux ; un problème majeur qui touche de nombreux pays.

Dans un endroit où les enfants sont censés apprendre des valeurs comme le respect et l'égalité, cette fille est devenue la victime d'un parti pris social, et pire encore, toute l'histoire découle de la volonté d'un adulte.

À LIRE AUSSI: Cet enfant kidnappé a été libéré car il n'arrêtait pas de chanter du gospel

Gabriela avait une coiffure afro, c'est pourquoi son enseignante a "ressenti le besoin" de communiquer avec sa maman Janaína, pour lui dire que les cheveux de sa fille empêchaient son développement social et son intégration avec les autres enfants.

Photographee.eu / Shutterstock.com

Janaina, comme n'importe quelle maman, voulait savoir quel était le problème avec sa fille.

C'est alors que l'éducatrice a demandé à la maman de lisser les cheveux de sa fille, car ses camarades de classe trouvaient sa coiffure bizarre et s'éloignaient d'elle à cause de ça.

L'enseignante a également déclaré qu'elle se lissait elle-même les cheveux car elle trouvait cela "négatif", et c'est pour cette raison que la fillette devait en faire autant.

Janaina, énervée, n'arrivait pas à croire ce qu'elle venait d'entendre de la part de la professeure et était choquée par le niveau d'absurdité de ses propos.

À LIRE AUSSI: "Dégoûtante" ? Des internautes scandalisés par une maman qui donne le sein à sa fille de 4 ans

Elle avait déjà entendu sa fille se plaindre à propos d'autres enfants qui évitaient de jouer avec elle pendant la récréation, et commençait à remettre en cause la position de l'enseignante dans cette histoire.

L'éducatrice a plus tard appris que la maman avait contacté la commission scolaire.

Les écoliers reçoivent désormais des cours d'inclusion sociale et doivent corriger leur comportement pour éviter de tels préjudices au sein de cette institution. Mieux vaut tard que jamais !

Cette histoire nous prouve à quel point il est important de parler à ses enfants et d'être au courant de leurs problèmes. Il devrait toujours y avoir des adultes présents pour intervenir et réparer les torts commis par le passé.

À LIRE AUSSI: Adorable : un bébé voit sa mère pour la première fois et ne peut contenir ses émotions