C'est comme ça que ça marche ! Un homme réagit face aux préjugés anti sans-abri des restaurants, le web applaudit

Même aujourd'hui, le racisme continue d'apparaître sous diverses formes à travers le monde. Les préjugés raciaux et sociaux sont universellement accueillis avec indignation, mais cette histoire, rapportée par le site Web Metrópoles, illustre que le racisme peut revêtir de nombreuses formes.

À LIRE AUSSI: Victime d'un racisme odieux, un garçon de 12 ans essaie de mettre fin au harcèlement avec l'aide de ses parents

L'incident que nous relatons ci-dessous s'est produit à Brasilia, la capitale du Brésil, où Raul Ribeiro, un interprète de Libras (langue des signes brésilienne), a rencontré son neveu, un adolescent noir de 13 ans.

Raul Ribeiro s'est rendu à la caisse du restaurant Armazém do Ferreira pour acheter un déjeuner à son neveu quand un employé lui a demandé s'il achetait un déjeuner pour les sans-abri.

C'est comme ça que ça marche ! Un homme réagit face aux préjugés anti sans-abri des restaurants, le web applauditsebastianosecondi / Shutterstock.com

Vous pouvez imaginer à quel point Raul était indigné, mais il est parti sans faire de scène. Le jeune homme avait entendu les paroles insultantes, mais il avait suivi son oncle dans un autre restaurant sans dire un mot. Plus tard, il a dit à quel point cela l'avait bouleversé.

À LIRE AUSSI: Ce sans-abri trouve un chèque de 8 500 € et fait un geste qui a complètement changé sa vie

L'oncle a trouvé un moyen parfait de s'offrir une petite vengeance. Il est retourné au restaurant qui se permettait critiques et jugements. Raul a invité un groupe de sans-abri à déjeuner au restaurant à ses frais, avec de la musique live fournie par son ami saxophoniste, et des fleurs. Il fit une déclaration :

C'est comme ça qu'on combat ce genre de préjugés.

C'est comme ça que ça marche ! Un homme réagit face aux préjugés anti sans-abri des restaurants, le web applauditView Apart / Shutterstock.com

Le restaurant a dit qu'il s'agissait d'un "malentendu" : il n'y avait aucun préjugé dans la demande de l'employé, mais le repas aurait été offert par la maison s'il avait dit que le garçon était sans abri. L'établissement a déclaré que le client est parti sans même leur donner la chance d'expliquer leur version de l'incident.

De quel côté êtes-vous ? Croyez-vous que Raul a fait ce qu'il fallait ?

À LIRE AUSSI: Habillé comme un sans-abri, un millionnaire veut entrer dans un restaurant, mais est refoulé par le personnel