Vaginite atrophique : symptômes, causes, facteurs de risque et traitement

Durant la ménopause, le corps féminin subit de nombreux bouleversements. Ceux-ci sont dus à une chute de l'hormone œstrogène, et la sécheresse vaginale peut en faire partie.

Le terme médical de ce problème est la vaginite atrophique, et celle-ci est répandue chez les femmes ménopausées, bien que toutes les femmes ne la développent pas forcément une fois entrées en ménopause. La sécheresse vaginale peut également être causée par d'autres pathologies et par certains traitements.

Les symptômes de la vaginite atrophique peuvent être soulagés par des traitements et par certaines mesures que les femmes doivent prendre.

Les symptômes de la vaginite atrophique

Parmi les signes et symptômes autres que la sécheresse vaginale elle-même, on peut citer les suivants :

  • une sensation de brûlure et de démangeaison dans le vagin ;
  • resserrement ou rétrécissement du canal vaginal ;
  • douleur durant le rapport pouvant rendre une femme réticente à l'activité sexuelle avec son partenaire ;
  • léger saignement après un rapport ;
  • fréquent besoin d'uriner ;
  • sensation de brûlure en urinant ;
  • infections récurrentes des voies urinaires.

Beaucoup de femmes présentant ces symptômes ne parlent pas à leur médecin de leur problème. Mais si vous remarquez les symptômes décrits plus haut, discutez-en avec votre gynécologue. Celui-ci vous prescrira des traitements ou d'autres méthodes pour vous soulager.

Les causes de la vaginite atrophique

La vaginite atrophique se développe à cause d'une baisse de la production d’œstrogène. En dehors de la ménopause, cette chute du taux d’œstrogène peut avoir les causes suivantes :

  • ovariectomie (ablation chirurgicale des ovaires) ;
  • traitements contre le cancer (incluant la chimiothérapie, radiothérapie pelvienne, et thérapie hormonale pour soigner le cancer du sein).

Les taux d’œstrogène peuvent également rester faibles pendant un certain temps après un accouchement.

Les facteurs de risque de la vaginite atrophique

Une femme a plus de risque de développer cette pathologie si elle :

  • est fumeuse ;
  • n'a jamais accouché, ou seulement par césarienne ;
  • n'est pas sexuellement active.

Le traitement de la vaginite atrophique

Si vous êtes atteinte de cette pathologie, consultez votre médecin afin de choisir le traitement le plus approprié. Autrement, vous pouvez essayer de soulager la gêne par les méthodes suivantes :

  • porter des sous-vêtements en coton ;
  • ne pas utiliser de savons parfumés, de déodorants, ou d'autres produits parfumés sur les parties intimes ;
  • appliquer un lubrifiant avant tout rapport afin d'empêcher les frictions ;
  • essayer un hydratant vaginal à base d'eau en vente libre (assurez-vous avant de l'utiliser de ne pas être hypersensible ou allergique à l'un de ses ingrédients).

La vaginite atrophique peut être très inconfortable, et il n'y a aucune raison de supporter ces symptômes désagréables. Il existe en effet de nombreux moyens de s'en débarrasser.

Source : Mayo Clinic, HealthLine, WebMD Boots


Cet article n'est donné qu'à titre informatif. N'ayez pas recours à l'automédication et, quel que soit le cas, consultez un prestataire de santé certifié avant d'utiliser les informations présentées dans cet article. Le comité de rédaction ne garantit aucun résultat et ne se tient pas responsable des maux ou autres conséquences résultant de l'utilisation des informations fournies dans cet article.

Des trucs plus intéressants