Le cyberharcèlement pousse un garçon de 15 ans au suicide. Les parents blâment l'école pour son absence de réaction

Famille & Enfants

November 16, 2018 17:42 By Fabiosa

Notre société moderne présente de nombreux problèmes et le harcèlement pourrait être considéré comme le plus important. Comment en arrive-t-on à cette conclusion ? Surtout en regardant les statistiques. Le harcèlement existe dans quasiment chaque établissement scolaire, et les taux de prévalence dépendent des études et des états. De manière générale, près d'un tiers des élèves ont été harcelés au moins une fois. Cela étant dit, plus de 70% des témoins ont tendance à rester passifs et à se contenter d'assister à l'incident. Le cas du cyberharcèlement est encore plus dangereux, car les persécuteurs peuvent cacher leur identité et harceler leur victime 24 heures sur 24. 

Le cyberharcèlement pousse un garçon de 15 ans au suicide. Les parents blâment l'école pour son absence de réactionSuzanne Tucker / Shutterstock.com

À LIRE AUSSI: Les nouvelles méthodes pour prévenir le harcèlement et protéger nos enfants. Fonctionnent-elles vraiment ?

Qu'est-ce que le cyberharcèlement ?

Le cyberharcèlement est une forme moderne de harcèlement qui s'opère à travers les appareils électroniques (téléphones, ordinateurs, tablettes) connectés à Internet. Précisons tout de suite que le développement de ces technologies a entraîné un accroissement considérable de la pression sociale. Votre vie sociale se trouve en ligne et son succès dépend de l'avis d'inconnus sur votre photo de profil ou votre statut. De nombreux psychologues pensent que cette pression est trop forte à supporter pour le psychisme et le système nerveux d'un enfant. 

Différences entre le cyberharcèlement et les formes traditionnelles de harcèlement : 

  1. Le cyberharcèlement peut se faire 24 heures sur 24.
  2. Une audience plus large et une plus grande densité de harceleurs par rapport à un environnement scolaire plus réduit. 
  3. La disponibilité des preuves : vous pouvez faire une capture d'écran et la donner à la police ou aux autorités compétentes. 
  4. Les persécuteurs peuvent cacher leur identité.
  5. Il est souvent impossible de voir la réaction de la victime, et le persécuteur peut donc ne pas saisir la portée dévastatrice de ses actions. 

La réalité du cyberharcèlement

Si vous pensez que le cyberharcèlement n'est pas réel, gardez en tête que la réalité virtuelle est aujourd'hui devenue presque aussi importante pour nos enfants que la vraie vie. C'est pourquoi le cyberharcèlement peut représenter une véritable menace. Parmi ses manifestations, on peut trouver : 

  • des textes, emails, articles, images et vidéos malveillants ;
  • l'utilisation de l'identifiant de quelqu'un d'autre ;
  • l'exclusion en ligne de quelqu'un uniquement dans le but de le rabaisser.

Le cyberharcèlement pousse un garçon de 15 ans au suicide. Les parents blâment l'école pour son absence de réactionTero Vesalainen / Shutterstock.com

À LIRE AUSSI: Ce garçon de 10 ans qui s'est pendu mais qui a survécu partage pour la première fois l'histoire de sa tentative de suicide

Les terribles conséquences du cyberharcèlement : une bouleversante histoire 

D'après sa mère, Teresa, Connor Tronerud n'avait pas le profil pour s'épanouir sur les réseaux sociaux. Ce garçon de 15 ans n'écrivait pas beaucoup, même s'il avait beaucoup d'amis. L'intense cyberharcèlement dont il était victime l'a poussé à mettre fin à ses jours. Comment une telle chose a-t-elle pu se produire, et qui doit-on blâmer pour cette tragédie ? Teresa accuse la direction de l'école de faire davantage pour protéger les harceleurs que leurs victimes. 

Connor et son frère aîné Kyle, fréquentaient tous les deux l'école préparatoire de Marianapolis, dans le Conencticut. D'après des témoignages, Connor avait contacté le conseiller d'éducation et lui avait demandé de retirer ses photos de camp de vacances de la page Facebook car, selon lui, il se faisait harceler à cause d'elles. Teresa a naturellement remarqué le nombre grandissant de messages reçus par son fils et s'est adressée aux autorités de l'école. Il a été convenu que Connor serait suivi et observé régulièrement pour sa sécurité, et que les numéros qui le contactaient seraient identifiés. Pourtant, ses parents ont rapidement appris par l'un de ses amis qu'il se blessait volontairement et qu'il avait déjà exprimé l'intention d'en finir avec la vie. Et personne n'a hélas réussi à empêcher la tragédie qui s'est produite en décembre 2017. Les parents n'ont pas encore les réponses à ce jour. 

La mère de Connor affirme que le plan qu'ils avaient imaginé n'a pas été appliqué : Connor n'était pas surveillé, les numéros de téléhone n'étaient pas localisés, et personne ne le regardait lorsqu'il était avec ses camarades. Il n'existe aucun registre ou dossier prouvant que l'école a pris des mesures pour faire cesser le harcèlement. Cependant, la direction soutient qu'elle a essayé de traiter le problème et a fait tout ce qu'elle a pu. Les responsables affirment également que "Connor était un enfant très secret et qu'il n'avait pas dévoilé l'étendue de l'épreuve qu'il traversait."

Cyberharcèlement : faits et statistiques

Des drames identiques à celui enduré par la famille Tronerud se produisent bien trop souvent. Les statistiques concernant le cyberharcèlement n'ont absolument rien d'encourageant : 

  1. Plus de 15% des élèves de lycée sont harcelés en ligne, tandis que 20% le sont dans les locaux de l'école. 
  2. Environ 24% des élèves de collège sont cyberharcelés, tandis que 45% d'entre eux le sont à l'école. 
  3. En matière de cyberharcèlement, le plus alarmant est la dynamique de progression. En 2007, seuls 18% des gens avaient été harcelés en ligne. Ce chiffre est arrivé à 34% en 2016. 
  4. Il est également très important de comprendre que les harceleurs peuvent cacher leur identité. C'est pourquoi seulement 40% des victimes identifient leurs bourreaux. 
  5. À la question "Le cybergarcèlement est-il une réalité ?", seuls 7% des parents disent être inquiets à cause de ce phénomène. Ne pas s'inquiéter pour quelque chose ne signifie pourtant pas qu'il n'existe pas.
  6. Quelles sont les conséquences du cyberharcèlement ? Elles sont principalement les mêmes que celles des autres formes de harcèlement : dépression, idées suicidaires, faible estime de soi, etc. La situation peut rapidement dégénérer, c'est pourquoi il faut absolument garder le contact avec vos enfants.

Le cyberharcèlement pousse un garçon de 15 ans au suicide. Les parents blâment l'école pour son absence de réactionAntonio Guillem / Shutterstock.com

Voici un conseil simple et pertinent qui peut s'appliquer à n'importe quelle forme de harcèlement : parlez davantage à vos enfants. Seule une communication ouverte basée sur la confiance pourra vous aider à identifier le problème. Continuons à sensibiliser les esprits sur les différentes formes de harcèlement et contribuons ensemble à empêcher que de telles tragédies aient lieu !  

À LIRE AUSSI: Un petit garçon tombe du 10e étage, mais son voisin du dessous réussit à l'attraper au vol in extremis