Elle a dépensé plus de 20 000 dollars et a frôlé la mort, mais elle est toujours résolue à se transformer en poupée Barbie

Santé et bien-être

August 3, 2018 13:19 By Fabiosa

Il est vrai que de nombreuses personnes sont insatisfaites de leur apparence. Certaines écument donc les salles de sport ou utilisent davantage de maquillage. Et d'autres ont recours à la chirurgie esthétique. Mais que se passe-t-il lorsque vous voulez transformer votre corps tout entier ? Est-ce normal ou s'agit-il d'un trouble psychologique ? Si les médecins penchent plutôt pour la deuxième réponse, cette jeune Finlandaise de 21 ans, Amanda Ahola, est d'un autre avis. 

Voudriez-vous ressembler à Barbie ?

La jeune femme a déjà dépensé plus de 20 000 $ dans le but de transformer son visage et son corps. Amanda a décidé de continuer, malgré le fait que sa première opération a bien failli la tuer. Tout cela pour réaliser son plus grand rêve, ressembler à une poupée Barbie :

Ma plus grande ambition est d'avoir l'air d'être faite en plastique, autant que possible. Barbie est vraiment ce qui s'approche le plus de la perfection, et je veux moi aussi être aussi parfaite que possible. Lorsque les gens m'appellent 'fausse poupée' ou 'Barbie', cela me fait réellement plaisir. 

Il est intéressant de souligner que ses parents n'encouragent pas l'ambition de leur fille, ce qui a poussé Amanda à travailler très dur pour se payer les opérations. Elle fait donc des vidéos pour adultes avec sa webcam, même si son petit ami n'est pas non plus très emballé. Cela ne signifie pourtant pas que ses parents sont en mauvais termes avec leur fille. Sa mère, Nina Ahola, dit que sa fille a toujours été extravagante, même lorsqu'elle était enfant. À l'âge de 4 ans, elle voulait déjà porter des hauts talons :

Personnellement, je n'ai pas envie qu'elle aille trop loin, mais c'est une personne au caractère très entier. Avec elle, c'est tout ou rien. En tant que parents, nous lui avons demandé d'aller voir un psychologue pour qu'elle réponde à cette question : 'Pourquoi veux-tu faire ça ?' Mais c'est son choix. 

Barcroft TV / YouTube

Rêve bizarre ou trouble mental ?

Amanda affirme que sa vie a changé après sa première opération, qui a failli la tuer. Elle s'est rendu compte qu'elle devait tout faire pour réaliser son rêve, étant donné que sa vie pouvait se terminer à n'importe quel moment. Et nous serions probablement d'accord avec cette philosophie s'il ne s'agissait pas ici d'un symptôme d'une maladie psychologique grave appelée dysmorphophobie.

Barcroft TV / YouTube

Une personne atteinte de ce trouble va devenir extrêmement obsédée par son apparence, au point de vouloir la modifier de manière radicale ou d'éviter des gens qui suscitent en elle de la gêne. La dysmorphophobie présente les symptômes suivants : 

  1. Une obsession au sujet d'un défaut dans l'apparence que les autres considèrent comme mineur ou ne voient pas du tout. 
  2. Avoir peur que l'on se moque dans votre dos d'un petit défaut.
  3. Un comportement compulsif visant à constamment ajuster, cacher ou surveiller un défaut. 
  4. Se comparer sans cesse aux autres au niveau de l'apparence.
  5. Posséder des caractéristiques de perfectionniste, comme "tout ou rien". 
  6. Recourir fréquemment à des traitements cosmétiques, notamment des opérations, afin de transformer un défaut. 
  7. Une fixation sur votre apparence qui entraîne des problèmes dans d'autres domaines de la vie.

Barcroft TV / YouTube

"Le Ken humain"

Amanda Ahola n'est pas la première, et malheureusement pas la dernière non plus, à souffrir de ce genre de troubles mentaux. La dysmorphophobie peut affecter aussi bien les hommes que les femmes. À titre d'exemple, on peut citer le "Ken humain", Justin Jedlica, qui s'est également transformé en une version humaine de la célèbre poupée. Ses opérations lui auraient déjà coûté plus de 250 000 $ 

La dysmorphophobie ne s'améliore pas toute seule avec le temps. Il est préférable que les gens qui en souffrent aillent consulter un professionnel en psychiatrie. 

 


Cet article n'est donné qu'à titre informatif. N'ayez pas recours à l'automédication et, quel que soit le cas, consultez un prestataire de santé certifié avant d'utiliser les informations présentées dans cet article. Le comité de rédaction ne garantit aucun résultat et ne se tient pas responsable des maux ou autres conséquences résultant de l'utilisation des informations fournies dans cet article.